Agence de communication : Sites internet & Supports papier - IRISIO

DarkNet et DeepWeb, dans les Marianas du Web, sortons les lampes de poche...

Urbex couleur Matrix : DarkNet et DeepWeb

 

DarkNet et DeepWeb : des termes tendances ces temps-ci mais bien mal définis. Face aux clichés véhiculés par le cinéma et les séries, les politiciens sensationnalistes et le journalisme "de surface", allumons nos torches et partons en exploration pour mettre les points sur les iii...

Commençons donc par un peu de sémantique : Ces deux termes combinent deux notions, Dark + Deep et Web + [Inter]Net...

Web & Net

Nous ne pouvons que vous renvoyer vers notre précédent article Le web c'est pas l'Internet que l'on pourrait trivialement résumer ainsi :

Dark & Deep

Respectivement "sombre/obscur" et "profond", ces termes portent des valeurs différentes :

Avec ces 4 briques, on peut donc composer 4 mots : darkNet et darkWeb ainsi que deepNet et deepWeb...

La Commission d’enrichissement de la langue française a proposé via le Journal Officiel du 26 septembre 2017 deux définitions

Internet clandestin (dark net, darknet)

Définition : Ensemble de réseaux conçus pour assurer l'anonymat des utilisateurs par la mise en œuvre d'une architecture décentralisée ainsi que de logiciels et d'autorisations d'accès spécifiques ; par extension, l'ensemble des activités, souvent illicites, qui y sont pratiquées.

L'internet clandestin utilise notamment des réseaux privés virtuels ou pair à pair, ainsi que des méthodes de chiffrement et des processus de cooptation.

Toile profonde (deepnet, deep web, hidden web, invisible web)

Définition : Partie de la toile qui n'est pas accessible aux internautes au moyen des moteurs de recherche usuels.

La toile profonde comprend notamment le contenu de certaines bases de données ou de sites à accès restreint.

Que penser de ces définitions ?

Technique et pertinence

Certainement le point le plus important, ces termes ne reflètent pas toujours une "réalité technique" et ne sont jamais pertinents...

Pour le Deepweb, la définition est assez claire mais, distinguer les contenus "non accessibles via un moteur de recherche usuel", n'apporte aucune information sur la nature ou la qualité de ces informations. La diversité des raisons du non référencement d'un contenu est telle qu'il est impossible d'en tirer le moindre enseignement et c'est sans parler de la versatilité du référencement de ces contenus...
De plus, qu'est-ce qu'un "moteur de recherche usuel" ? Est-ce que le moteur de recherche de ma boite mail sur g1mail.com est un "moteur de recherche usuel" ? Et est-ce que Qwant, DuckDuckGo et FramaBee ont l'agrément "moteur de recherche usuel" ? Quant à Shodan, qui se présente comme le moteur de recherche des "réfrigérateurs" (connectés), usuel ou pas ? 

Les termes Darknet et Deepnet n'ont pas réellement lieu d'être ; techniquement, soit un réseau est isolé et est donc exclu de l'Internet - c'est un réseau (local) non accessible via l'Internet - soit un réseau est (inter)connecté à l'Internet et il devient donc une partie de l'Internet, il est l'Internet...

Enfin, la définition de "l'Internet clandestin" s'applique plus au web qu'à l'Internet et donc au Darkweb... Mais, là encore, la définition n'est aucunement satisfaisante : "assurer l'anonymat des utilisateurs" ne change en rien les contenus ou services utilisés... Certains sites sont accessibles classiquement via votre navigateur "de base" ET via TOR, un routage anonymisant populaire. Ainsi, Facebook, dont tout le monde connait l'adresse "officielle" https://facebook.com est aussi accessible à l'adresse http://facebookcorewwwi.onion via TOR donc Facebook est sur le DarkWeb ? 
Les outils d'anonymisation sont souvent indispensables à des activistes aux prises avec un régime autoritaire, aux minorités harcelées voire persécutées ... ou plus simplement à des journalistes travaillant sur des sujets sensibles...
Pouvoir bénéficier d'une utilisation anonyme de certains sites/outils n'est pas automatiquement condamnable ; au contraire, c'est souvent utile et parfois des vies en dépendent...

Face à l’omniprésence des solutions de pistages commerciales, déployées par les tycoons du numérique - les fameux GAFAMs - on pourrait/devrait tous pouvoir utiliser l'Internet anonymement sans avoir à livrer tout ou partie de notre vie privée à des opérateurs-prédateurs dont l'usage de nos données est bien difficilement contrôlable...

Un outil, des usages

La définition de "la Commission" souffre d'un amalgame rédhibitoire, en ne distinguant pas le moyen ; l'outil réseau ; des usages ; potentiellement illicites ou non. Cette définition rend donc l'usage du terme impossible...

Si un stéthoscope sert à "soigner", on peut tout à fait "imaginer" étrangler un de ses semblables avec ce même stéthoscope [0]... Faudrait t'il alors distinguer le stéthoscope du dark-stéthoscope ?

1515165401.darkstethoscope.jpg

De l'autre coté, les exemples d'activités illicites et/ou condamnables se trouvant sur des sites web très grand public bien connus ne manquent pas : pédophilie sur Youtube [1], vente d'armes illégales sur Instagram [2] ou de drogues sur SnapChat [3], tout y passe...

Toutes les activités humaines se reproduisent sur l'Internet qui n'est qu'un outil : il n'existe pas de DarkWeb/Net au sens de "mauvais outil" ; au contraire "La drogue, les armes ont tendance à se coincer dans les fibres optiques" [4]. L'Internet ne peut pas simplement être réduit à un outil facilitateur de trafics, pas plus que la Poste, le goudron en bas de chez vous ou votre boite aux lettres...

On ne peut donc pas honnêtement utiliser ces termes confondant l'outil - à priori neutre - et ses usages...

Peurs et jugements...

Le choix de la composante "dark" ou "deep" traduit un jugement de valeur. Selon que vous utilisez l'un ou l'autre, votre vocabulaire n'a pas la exactement la même coloration, ni le même impact sur l'auditeur...

Stéphane Bortzmeyer propose une définition sans équivoque du "darkweb" : « concept débile, peu ou pas défini, flou, et qui ne sert qu'aux politiciens et journalistes sensationnalistes ».

Si on développe un peu, le "darkweb" est un un "concept mal défini" fixant une "frontière arbitraire" entre le bon et le mauvais usage de l'Internet. Ce terme est très généralement utilisé pour dépeindre Internet, à dessein, comme un "truc obscur", dans l'objectif, soit de faire peur (zone de non droit, activités illégales, dangers, ...), soit d'impressionner (truc technique que tu ne peux pas comprendre, mais c'est mystérieux et attirant, ...)...

Que ce soit dans une simple discussion, une proposition commerciale ou dans l'argumentation d'une mesure/loi, ce "dark/deep-web/net" sert bien souvent de justification simpliste, de bouc émissaire ou d'argument fallacieux.

Marianas & falcighol à dérivation polymère ... même les plus sérieux ci-sont laissés prendre...

Cet hoax, ou canular en, français, est né en au moins depuis 2011 probablement sur "4chan", un forum anonyme anglophone, et fait encore des "victimes"...

1517784612.hoax.jpg

En référence à la fosse des Mariannes ; qui est réellement la fosse océanique la plus profonde actuellement connue ; de facétieux internautes ont créé une image décrivant les différentes couches de l'Internet...

Si le début, les première couches, peut paraître crédible, cela devient vite obscur, pour terminer dans le grand n’importe quoi. Mais cela n'a pas empêché le n° 256 de la revue de la Gendarmerie Nationale [5] d'y faire référence et ce dans un article, heureusement retiré depuis, qui s'intitulait : "Former des citoyens numériquement responsables", une perle !

Comment y voir plus clair ?

Lors d'une discussion, si l'on vous cite ce "dark/deep-web/net", demandez à votre interlocuteur 2 choses :

  1. De définir clairement le concept qu'il utilise... (S'il y parvient et que la définition vous semble tenir la route demandez lui de nous contacter !)
  2. De préciser en quoi est-ce que cette "discrimination" est pertinente dans votre échange...

Dans des textes/articles/vidéos, c'est plus complexe et il faudra réussir à "lire entre les lignes" pour tenter de découvrir les raisons qu'a l'auteur d'utiliser un de ces termes...

La face cachée d'internet

1517838578.couv_lafacecacheeinternet.jpg

On ne l'a pas lu mais c'est certainement très bien...

Rayna Stamboliyska, propose dans cet ouvrage une démystification, pleine de pédagogie, de toute une collection de "choses obscures" : Hackers, bitcoins, piratage, Wikileaks, Anonymous, darkweb, Tor, vote électronique, chiffrement… 

"Ce livre nous invite et nous aide à comprendre ce que ce monde en soi « cache », ses enjeux principaux, ses dangers réels. Pour moins en avoir peur, pour mieux le maîtriser, être plus autonome dans nos usages. Plus libre, en somme."

face-cachee-internet.fr

 

 

[0] Je vous laisse chercher, mais cela semble avoir déjà été expérimenté quelques fois...

[1] Pédophilie : YouTube supprime 150 000 vidéos d'enfants : http://www.leparisien.fr/faits-divers/pedophilie-youtube-supprime-150-000-videos-d-enfants-01-12-2017-7426605.php

[2] People Are Using Instagram to Sell Their Guns...and It’s Mostly Legal : https://www.thedailybeast.com/people-are-using-instagram-to-sell-their-gunsand-its-mostly-legal (via http://www.zdnet.fr/blogs/50-nuances-d-internet/rage-o-desespoir-o-darkweb-ennemi-39857818.htm)

[3] Montpellier : ils vendaient de l’herbe via Snapchat, avec carte de fidélité etc. : http://www.midilibre.fr/2017/10/28/montpellier-ils-vendaient-de-l-herbe-via-snapchat-avec-carte-de-fidelite-etc,1580362.php

[4] "La drogue, les armes ont tendances à se coincer dans les fibres optiques" : À qui a t'on piqué cette citation ? Si vous connaissez son auteur faites nous signe ! Que l'on puisse au moins l'en créditer...

[5] Marianas : https://reflets.info/le-gendarme-et-les-darquenettes/ et http://www.slate.fr/story/140342/le-renseignement-militaire-4chan

 

Crédit photo : https://www.flickr.com/photos/drainrat/16094582847/
darkday : "Gloom Shade" 

Licence : Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Parution : 05/02/2018

Fil RSS